Les Aigles de Wildhammer

Forum de guilde RP de la Confrérie du Thorium
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Lettre à tante Kumhra

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Muhra



Nombre de messages : 116
Localisation : Forgefer
Date d'inscription : 22/02/2007

MessageSujet: Lettre à tante Kumhra   Jeu 23 Aoû 2007 - 22:09

Chère tante Kumhra,

Tu voulais de mes nouvelles : je suis rentrée saine et sauve au Nid, et nous avons retrouvé Durandill.

Comme je te l'ai écrit hier, j'avais parlé à ses soeurs le matin, elles m'avaient expliqué avoir retrouvé quelques pages de son journal, indiquant son départ pour les Maleterres. Les deux soeurs, Prunille et Guilla, m'avaient demandé de rejoindre le soir les membres du clan qui organisaient une expédition de secours.

Je suis arrivée en retard, évidemment, j'avais passé l'après-midi à lire auprès du petit lac si calme que j'ai trouvé là-bas, et je me suis bêtement endormie au moment où Skar'Lett raconte que Rett lui a demandé sa main... D'ailleurs fais-moi penser à prêter à Pohra "Autant en emporte le Blizzard", c'est vraiment passionnant.

Enfin bref, j'étais rouge de honte d'arriver en retard à cette réunion, tu penses bien. Heureusement que Demes est arrivé juste après, comme ça je n'étais pas la dernière. Les deux soeurs ont parlé à tout le monde du journal, et il fut décidé de partir aussitôt pour les Maleterres.



La nuit était fraîche, mais heureusement sans nuages, et nous arrivions à peu près à progresser sous la lumière de la lune. Les Aigles connaissent parfaitement la région, et il ne leur est nul besoin de se repérer aux étoiles. Quant à moi, j'ai suivi la troupe sans vraiment être capable de te dire quel chemin nous avons emprunté.



Les soeurs de Durandill ont un caractère bien trempé, elles sont jeunes et impétueuses, elles couraient partout en appelant leur frère, et nous avons eu bien du mal à réfréner leur ardeur et à les protéger des ennemis qu'elles attiraient par leurs cris. Elles combattent à leur façon, mais enfin il est possible que ce soit efficace...



Nous avons rejoint la tombe d'Uther, le Porteur de Lumière. Cet endroit est impressionnant, et emprunt d'une étrange énergie. La Lumière éclaire son tombeau, sur lequel une immense statue représente Uther. C'était la première fois que je venais dans cet endroit.



Le prêtre qui gardait les lieux, interrogé par les deux soeurs, a répondu qu'il avait aperçu un nain répondant au signalement de Durandill, quelques semaine auparavant. Un nain qui s'était dirigé vers l'ouest. Nous sommes donc tous partis dans cette direction.

La région est infestée, tout est touché : la nature, les animaux... J'ai vu des bêtes dévorées de l'intérieur, pleines d'asticots, nous sauter dessus alors que dans leur état elles auraient déjà dû être mortes. Nous nous sommes défendus, et au final je pense que ça a abrégé leurs souffrances.



En arrivant près du Monastère Ecarlate, nous avons rencontré une jeune draeneï. Elle avait reçu un coup de masse à la cuisse, et ne pouvait se déplacer. Demes m'a aidée à bander sa jambe, pour maintenir en place un onguent aux plantes. Cette draeneï nous a dit qu'elle rencontré Durandill, au Monastère !



Durandill était bien passé par là, au début pour rejoindre la Sainte Armée, et il avait combattu la draeneï et ses amis, venus dérober un ouvrage dans les lieux. Durandill assista même aux tortures subies par la pauvre draeneï capturée. Elle nous indiqua qu'un jour, il l'avait vue soigner une compagne de cellule, et en avait été grandement impressionné. Qu'ils avaient discuté par la suite, pour tomber d'accord sur le fait que tous les deux utilisaient une même énergie (la Lumière, le don des Naarus) pour soigner. Durandill avait pris conscience que la Croisade Ecarlate agissait parfois contre de pauvres gens qui n'avaient rien à voir avec le Fléau. Et il aida la jeune draeneï à s'échapper...





Hélas, lors de cette escapade, ils furent repérés, la draeneï blessée, et Durandill capturé et emmené par les gardes de la Croisade.

Les soeurs étaient atterrées par ce récit, et soupçonnaient même la draeneï de mentir. Il fut décider de la laisser là avec quelques provisions, l'endroit étant suffisamment fréquenté pour qu'elle reçut du secours, et de reprendre la route dans la direction dans laquelle Durandill avait été emmené. Evidemment nous pensions tous aux tortures que le pauvre devait subir, pour avoir trahi son ordre... s'il était encore en vie.

Les soeurs de Durandill, encore plus excitées par cette rencontre, couraient en avant sans plus de précaution, et nous avons subi d'autant plus d'attaques. Les gardes Ecarlates sillonnaient la région, probablement à la recherche de la draeneï, et nous avons dû nous défendre à de très nombreuses reprises.



Nous avons atteint la Main de Tyr. Je ne connaissais pas cette ville, la cathédrale y est impressionnante. C'est une cité aux mains de la Sainte Armée, et nous avons dû livrer bataille pour progresser et tenter de retrouver Durandill, car leurs patrouilleurs ont aperçu les deux soeurs qui couraient en avant, comme à leur habitude. Impossible de progresser inaperçus.



Nous sommes rentrés dans la cathédrale, mais les occupants ont livré une bataille si acharnée qu'il fut impossible d'en garder un vivant pour l'interroger.



Guère plus de succès au chateau, nous avons progressé et progressé encore, parcourant les salles et les couloirs, montant jusqu'au plus haut clocher... (l'architecture est impressionnante, cette organisation doit posséder des finances inépuisables).



Evidemment, je me suis perdue dans le bâtiment... Je n'osais appeler personne, de peur d'attirer des gardes. Je cheminais le plus discrètement possible, le coeur battant et les larmes aux yeux. Au détour d'un couloir, je suis tombée nez à nez avec une patrouille de gardes, et celle qui était face à moi m'a assommée d'un rapide coup de bâton.

J'ai entendu des galopades derrière moi, et avant de sombrer inconsciente, j'ai vu Kelana et Elodia bondir sur la femme garde et sur ses comparses, pour les empêcher de m'achever.



J'ai senti soudain une douce chaleur m'envahir et me tirer du néant, et j'ai entendu la voix de Thoas qui prononçait mon nom. Je me suis concentrée sur sa voix grave et j'ai peu à peu repris connaissance. J'avais très mal à la tête, mais il m'a soignée rapidement et la douleur a disparu. Pressés par la crainte d'être surpris à nouveau, nous avons repris l'exploration. En redescendant (bredouilles), nous avons entendu soudain dans la cour des cris de joie et des appels : nos amis nains nous faisaient savoir que Durandill était retrouvé ! Inutile de te dire à quelle vitesse nous avons dévallé les derniers escaliers (je crois bien que je n'ai jamais vu Thoas courir si vite).



Nous somme ressortis victorieux, laissant derrière nous une cité bien mal en point, le feu prenant à quelques endroits, et ses occupants blessés ou morts, ou terrés dans un coin. Je n'avais aucun regret, même en voyant leurs cadavres à terre : il me suffisait de repenser à la salle des tortures du Monastère pour m'ôter toute envie d'accorder le moindre pardon.



Nous avons fait halte bien loin de cette ville, après une longue marche, auprès d'un feu réconfortant. Durandill nous a raconté sa captivité, et les raisons de sa rencontre avec la Croisade Ecarlate. J'ai vu à son regard qu'il en taisait une bonne partie, tout spécialement concernant son emprisonnement. Le pauvre, il a dû subir tant de choses terribles...



La fatigue nous gagnant, mes amis ont quitté peu à peu le cercle du feu, certains se couchant non loin enroulés dans leur cape, d'autres prenant le chemin d'un griffon proche. J'aurais bien voulu rentrer tout de suite au Nid pour la fin de mes vacances, mais Thoas avait une affaire à traiter à Forgefer. Nous avons donc payé nos voyages en griffons à notre tour.



Je retiens de cette nuit l'amitié formidable qui lie le clan Wildhammer, prêt à prendre les armes pour aller dévaster une ville entière, à la recherche d'un des leurs. J'espère que ce haut fait d'armes parviendra aux oreilles du Patriarche du clan, ce qui ne manquerait pas de bien le disposer à la prochaine demande de Thoas.

S'il te plaît, fais dire à Mère que je vais bien, et à Père que je tâche de me montrer la moins craintive possible. Ce qui m'est bien difficile, ma tante, quand on voit la taille des araignées et autres bestioles griffues et pleines de crocs que je rencontre en suivant mes amis.

Porte-toi bien, petite tante, je t'écrirai à nouveau d'ici la fin de mes vacances.

Muhra

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Galathé



Nombre de messages : 30
Date d'inscription : 10/01/2007

MessageSujet: Re: Lettre à tante Kumhra   Ven 24 Aoû 2007 - 11:09

(HRP)

Magnifiquement raconter comme toujours Smile merci Muhra

(HRP)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Durandill
Griffon
Griffon


Nombre de messages : 630
Localisation : Au Nid, dans le coma
Date d'inscription : 12/01/2007

MessageSujet: Re: Lettre à tante Kumhra   Ven 24 Aoû 2007 - 11:35

Merci Muhra cheers

Ca fait plaisir.

Dommage, on ne voit pas la truite dans la main de Prunille Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zorin



Nombre de messages : 68
Age : 44
Localisation : Nid de l'aigle
Date d'inscription : 15/01/2007

MessageSujet: Re: Lettre à tante Kumhra   Ven 24 Aoû 2007 - 11:41

En effet, joli retrospective !
Une seule question: qui est le patriarche du clan ?

Zorin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thorlforge
Aigle
Aigle


Nombre de messages : 70
Age : 25
Localisation : Shattrath - Degré des Clairvoyants
Date d'inscription : 11/03/2007

MessageSujet: Re: Lettre à tante Kumhra   Dim 26 Aoû 2007 - 12:25

"Je suis arrivée en retard, évidemment, j'avais passé l'après-midi à lire auprès du petit lac si calme que j'ai trouvé là-bas"
huhu qu'est ce que je peut bien dire moi ??? ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Snorry
Aigle
Aigle


Nombre de messages : 29
Age : 24
Localisation : La taverne à côté de la cathédral
Date d'inscription : 04/04/2007

MessageSujet: Re: Lettre à tante Kumhra   Lun 27 Aoû 2007 - 12:55

Quel héroïsme! Quel courage! Quel ténacité! Décidément les wildhammer ne sont pas à prendre à la légère. Le courage dont ils ont fait preuvent est digne d'être chanté par les bardes de tout Azéroth. Mais pourquoi n'ai-je pas pu être là. J'ai été assez éloigné du clan ces dernières semaines cherchant l'ancêtre dans de nombreuses contrées du monde et je ne sais si je serais plus présent les jours qui viennent. Mais je vais tout faire pour être de retour le plus vite possible. Je vous le promet. Mais en attendant, levons notre chope aux wildhammer.

A la vôtre!

Snorry
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Lettre à tante Kumhra   Aujourd'hui à 20:41

Revenir en haut Aller en bas
 
Lettre à tante Kumhra
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une lettre au Commandant Alurn, adressée à toute la garde...
» [Bionicle] 1 lettre = 1 Bionicle : Partie 3
» Lettre en faveur des restes écarlates
» *lettre simple, à écriture rouge sang sur fond noir* Chers Gardes.
» Ouf!! - Le 16.XII.1456 - R - TOP (Lettre du maire)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Aigles de Wildhammer :: Le Nid-de-l'Aigle (Accueil) :: Nos manifestations-
Sauter vers: