Les Aigles de Wildhammer

Forum de guilde RP de la Confrérie du Thorium
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 CSI : Ironforge

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Durandill
Griffon
Griffon


Nombre de messages : 630
Localisation : Au Nid, dans le coma
Date d'inscription : 12/01/2007

MessageSujet: CSI : Ironforge   Sam 5 Juil 2008 - 0:00

On dit que les nains sont nés de la pierre elle-même, et que c'est pour ça qu'ils la creusent sans cesse, dans une recherche éperdue du placenta original.

On dit beaucoup de bêtises dans les auberges d'Azeroth.

Selsho Rockhelm hôta son chapeau et le posa sur la table. La lumière des torches faisaient briller sur son crâne les morceaux de granit qui lui valaient son nom, "Casque-de-Pierre", en langage commun. Une avalanche l'avait emporté quand il était enfant, quelque part du coté de la ferme des Distillambre, et plusieurs fragment de roche avaient pénétré si profondément dans son crâne qu'aucun docteur n'avait osé les retirer, de peur d'achever le jeune nain. Après trois jours de coma, Selsho s'était réveillé, en pleine forme, et avait repris sa vie, avec quelques morceaux de mémoire en moins, et un cerveau un peu plus lourd, comme il aimait le dire en plaisantant. Etait-ce parce qu'il était un nain, et que ses lointaines ancêtres étaient de pierre, comme le laissaient penser les dernières découvertes faites à Uldaman? Ou juste parce qu'il avait la tête dure ? Toujours est-il que ce qui aurait pu être une tragédie ne fut finalement qu'une mésaventure.

Selsho sortit de sa poche une blague à tabac et une vieille pipe qu'il entreprit de bourrer consciensieusement. Il avait fait venir ce tabac d'une île au large de Kalimdor, là où l'Exodar s'était écrasé. On lui avait dit que l'accident avait eu des drôles d'effets sur la faune et la flore, et il avait décidé de vérifier quel genre d'effet cela pouvait avoir sur du tabac. Il attrapa une bougie, l'alluma à la torche la plus proche, et approcha la flamme du foyer de la pipe. Une odeur âcre emplit la pièce en même temps qu'une fumée bleue. Le nain toussa une fois, surpris, puis décida que ce tabac lui plaisait. Il installa la bougie dans une lanterne qu'il pose sur la table, éclairant un peu plus les objets qui s'y trouvaient.

L'objet sur lequel le regard se portait tout de suite était une dague. Ou plutôt, la lame d'une dague. Le manche avait disparu, ce qui n'était pas étonnant vu l'endroit où l'arme avait été retrouvée. En fait, ce qui était extraordinaire, c'était que cette lame n'avait pas subi le même sort. L'éclat blanc dont elle brillait expliquait ceci. Selsho avait suffisemment roulé sa bosse pour reconnaitre un enchantement quand il voyait un, et il avait une bonne idée sur la nature de celui-ci. Mais dans son métier, on ne se contentait pas d'intuitions, il lui fallait des preuves. Il se dit qu'il irait voir le vieux Berek pour lui montrer la lame plus tard.

Il prit dans ses mains le second objet. Il était brisé, mais il avait déjà vu des objets lui ressemblant. En fait, il en avait vu de deux sortes, et celui qu'il tenait en se moment semblait être les deux à la fois. Une petite armature en bois, avec un ressort et une bille de pierre au bout. Il restait encore des bris de verre coincés dans le bois, et on avait retrouvé d'autres bris de verre sur le sol près de l'objet. Ils se trouvaient dans une boite de fer, sur la table. L'armature de bois ne faisait que quelques centimètres de coté, et était accolée à une autre armature identique. D'ordinaire, les voleurs utilisaient ceci pour dissiper du gaz ou de la poudre. Une sphère de verre contenait le produit, et elle se brisait en touchant le sol. Des années d'expérimentations parfois malheureuses avaient abouti à cet objet. A l'origine, il n'y avait que la sphère, mais il arrivait parfois que le voleur soit bousculé, et que la sphère se brise. Il fallait donc qu'elle soit solide. L'ennui, c'est qu'il est souvent arrivé par la suite que la sphère ne se brise pas au moment où on la jettais au sol, avec des conséquences toutes aussi fâcheuses. La technologie gobeline avait choisi d'utiliser des explosifs sur la sphère, mais cela ne se mariait pas très bien avec un contenu parfois très volatile. Au final, les gnomes avaient trouvé ce système simple d'armature en bois pour protéger la sphère des chocs, et d'un petit mécanisme qu'ils suffisait de déclencher pour briser le verre. Et c'est ce que tenait Selsho dans ses mains, ou du moins une version dédoublée.

Rockhelm reposa l'armature et ouvrit la boite de fer. Elle possédait deux compartiments, chacun contenant des morceaux de verre. Il entreprit de les examiner de plus près et découvrit tout de suite la raison de la séparation. Les premiers bouts de verre avaient une légère couche de poudre sur le coté intérieur. Le nain reconnut immédiatement de la poudre éclipsante. Il prit ensuite un morceau de l'autre compartiment. Il était comme brûlé de l'intérieur. Sans doute une poudre explosive, du genre utilisée par les gobelin pour leurs feux d'artifice. Celle-ci devait provoquer un grand flash, tandis que la poudre eclipsante faisait une forte fumée. Les deux ensemble, c'était l'assurance pour un voleur de disparaitre aussitôt son forfait accompli, sans laisser la moindre chance à ses poursuivants. Selsho hocha la tête, et se demanda si celui qui avait utilisé cette double astuce était du genre paranoïaque, amateur pas rassuré qui n'avait pas confiance en son matériel, ou un professionnel qui mets toutes les chances de son coté.

Sur la table, derrière chaque objet, se trouvait un dossier. Le terme "dossier" était un peu abusé, il s'agissait d'un parchemin avec les observations de ceux qui avaient découvert et récolté chaque objet. L'enquête était au point mort, et Magni avait décidé de mettre Selsho Rockhelm, le meilleur enquêteur de Forgefer, sur le coup. Maintenant qu'il s'était forgé une opinion sur chaque indice, il allait pouvoir lire ces observations et confronter son avis à ceux des premiers enquêteurs. Il prit les différents dossiers et alla s'installer confortablement dans un fauteuil à bascule près de l'âtre. Il commença à lire, tout en tirant sur sa pipe.

Rapport sur la dague découverte dans la grande Forge

Comme chaque habitant de Forgefer le sait, la lave en fusion qui alimente la grande forge et qui circule à travers la cité, s'écoule ensuite par un complexe réseau de cavernes à travers la vieille cité, dont l'accès n'est pas permis au public en temps normal. Lors de l'ouverture de la porte des ténèbres, un grand démon a attaqué notre cité à plusieurs reprise. Il fut finalement vaincu, ou plutôt banni, et s'évapora dans le néant distordu, laissant derrière lui son armure qui tomba dans la grande forge. L'armure était si solide qu'elle manqua de peu de boucher complètement l'écoulement de lave, ce qui aurait provoqué à terme l'engloutissement de Forgefer sous un raz de marée de roche en fusion. Lors du nettoyage du conduit, plusieurs autres objets plus petits furent retrouvés, pour la plupart des armes et des armures, et même un mécanotrotteur, avec son conducteur, un ingénieur gnome particulièrement énervé qu'on ait interrompu ses essais de combinaison super-résistante. La rumeur veut qu'il soit parti vers le sud poursuivre ses tests.

Le point commun entre ces objets (mis à part le gnome) : ils étaient tous enchantés, où possédaient une forte résistance au feu. Leurs malheureux propriétaires avaient sans doute été complètement calcinés soit par accident, soit parce qu'ils s'agissait d'ennemis ayant attaqué la cité, où alors avaient voulu se débarasser de ces objets en les jettant dans la lave. Toujours est-il que cette découverte eut pour conséquence la mise en place d'un système de détection pour éviter d'encrasser les tunnels, et pourquoi pas pour récupérer quelques objets intéressants.

Ce long préambule pour expliquer que cette dague fut trouvée lors d'une vérification de routine des canaux sous-terrains. Comme tout objet magique, il fut envoyé à notre laboratoire pour examen. Il en ressort que l'enchantement qui l'a protégé est sans doute de type froid intense, ce qui a formé une coque protectrice de lave refroidie, assez rapidement. Le manche, de bois, a toutefois été carbonisé tout de suite, mais la lame a été parfaitement conservée, si bien qu'on a même retrouvé des traces de poison dessus, ainsi que du sang. L'analyse a révélé qu'il s'agissait de sang Draenei, et que le poison était identique à celui utilisé lors d'une affaire de meurtre, quelques mois auparavant. Cette affaire n'ayant pas été élucidée, ce nouvel indice va peut-être apporter un éclairage nouveau.

Rédigé par Warrone Brick, enquêteur-forgeron


Selsho reposa le rapport sur ses genoux et entreprit de faire quelques ronds de fumée. Il avait pour habitude de se concentrer sur chaque indice séparemment, et il voulait tout savoir de cette dague. Il se leva, rapporta le dossier de l'enquêteur Brick sur la table, et ranga la dague dans un petit foureau de cuir, qu'il attacha à sa ceinture. Puis il enfila un manteau et sortit de chez lui. Il verrouilla la porte à double tours, et dit au garde de faction de ne pas quitter son poste. La fête du solstice battait son plein, un jeune gnome passa en courant devant eux, le nez en l'air pour ne pas perdre de vue la torche qu'il essayait de rattraper. Selsho se demanda si Berek serait chez lui. Il haussa les épaules et se mit en route vers la sortie de la ville, toujours tirant sur sa pipe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Durandill
Griffon
Griffon


Nombre de messages : 630
Localisation : Au Nid, dans le coma
Date d'inscription : 12/01/2007

MessageSujet: Re: CSI : Ironforge   Lun 11 Aoû 2008 - 9:29

Saison 1, épisode 2

Il régnait dans la pièce une odeur étrange, provenant d'une pipe désormais éteinte. Le tabac qui y avait brûlé venait de la lointaine île de Brume-Azur, et le crash de l'Exodar avait eu des effets sur la flore locale, rendant ce tabac excellent. La pipe était posée dans une main inerte. Suivant le bras qui y était rattaché, on découvrait le reste du corps d'un nain, le cul posé sur une chaise et la tête sur une table recouverte d'objets hétéroclites et de paperasse diverse. Seul le bruit des ronflements venait troubler la quiétude de la pièce.

Selsho Rockhelm ouvrit un oeil, puis le second. Il avait travaillé tard pour mettre ses notes à jour, il s'était endormi, et maintenant il se réveillait, courbaturé par une courte nuit de sommeil inconfortable. Il posa sa pipe sur la table et ramassa les dernières feuilles de papier qu'il avait écrites : le résumé des discussions de la veille.

Il avait vu la jeune nièce de Berek entrer sur le lieu du crime... "A l'auberge", se corrigea-t-il. Il la connaissait de vue, tout comme il connaissait Berek sans jamais lui avoir été officiellement présenté. Il comptait interroger la petite Muhra... "grande Muhra, elle était haute comme trois pommes la dernière fois que je l'ai vue, mais c'est elle, c'est sûr et elle a bien grandi..." pour savoir si son oncle était dans le coin, quand Berek décida d'entrer dans l'auberge lui aussi.

Le hasard fait parfois bien les choses. Ils s'étaient assis, et avaient parlé. Selsho leur avait montré la dague, et Berek lui avait donné son opinion. C'était une possibilité que l'enquêteur avait envisagé, mais pas la théorie qu'il privilégiait. S'en était suivie une longue soirée d'hypothèses et de reflexion comme Selsho les aimait, mais il fallait avant tout retenir les faits. Et Berek ne lui avait pas seulement donné son avis de professionnel sur l'enchantement de la dague, non. Il avait également révélé certaines choses que Selsho ignorait sur le système de filtrage de la lave... "non, du métal en fusion", se corrigea-t-il. Toutes impuretés était éliminée, pour fournir du métal le plus pure possible. Ce qui signifiait que si un corps avait été plongé la dedans, on en aurait retrouvé des traces dans le système de filtrage. Ca éliminait donc la théorie de l'accident, dans laquelle l'assassin serait tombé dans la grande forge.

Quant à l'enchantement lui-même, Berek avait affirmé qu'il s'agissait de protection contre le feu. Cela avait amené une intéressante reflexion : à quoi peu donc servir un tel enchantement à un meurtrier qui s'apprête à commettre un crime? L'enchantement avait protégé la lame, mais pas le manche, donc protéger son porteur aurait été impossible, si tant est qu'il avait envisagé de fuir par la grande forge (mais depuis qu'on y avait trouvé le gnome en parfaite santé, ça n'aurait étonné personne).

L'utilité de l'enchantement restait donc un mystère. L'assassin n'avait pas tenté de fuir par la forge, ni n'était tombé dedans par accident. Cela signifiait donc que seul son arme avait fini dans le métal en fusion. Après avoir cherché si loin, l'hypothèse la plus simple revenait sur le devant de la scène : on s'était tout bêtement débarassé de l'arme du crime. Ce qui limitait la liste des suspects aux elfes de la nuit et aux humains. Les témoins avaient tous confirmé que la taille de l'assassin dépassait celle du gnome et du nain. Et si un orc ou tout autre membre de la Horde s'était introduit à Forgefer pour y commettre son crime, être surpris avec l'arme d'un crime en main aurait été le dernier de ses soucis.

"Un humain, ou un elfe... "

Rockhelm regarda l'herbe bleue noircie dans le foyer de sa pipe et manqua de tomber de sa chaise.

"Ou un draenei !"

Et si c'était ça, les motivations du crime étaient à chercher du coté de Brume-Azur, et n'aurait rien à voir avec... Non, ça ne collait pas. Il était presque certain que l'assassin était un professionnel, engagé pour l'occasion. Cela signifiait qu'il n'avait aucun lien avec la victime.

Le nain s'étira longuement avec la souplesse d'un chat, et commença à ranger son bureau. Il y avait encore beaucoup à faire pour résoudre cette affaire... "ce sac de noeuds", se corrigea-t-il.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Durandill
Griffon
Griffon


Nombre de messages : 630
Localisation : Au Nid, dans le coma
Date d'inscription : 12/01/2007

MessageSujet: Re: CSI : Ironforge   Mar 4 Nov 2008 - 13:29

Une lettre de Prunille, adressée à son frère Durandill et à sa famille

Chers tous,

J'espère que cette lettre arrivera à destination. J'ai appris que le navire qui avait transporté ma dernière missive avait disparu en mer, et les récents évènements ne me rassurent pas.

Comme je l'ai expliqué dans mes dernières lettres, je me suis installée à Brume-Azur après y avoir ramené le corps de Gelb pour qu'elle soit enterrées auprès des siens. Il y a encore beaucoup à faire pour les rescapés du crash, et je me sentais redevable envers les draenei pour l'aide que Gelb nous avait apportée. Je pensais revenir bientôt, après avoir exploré une autre île nommée Brume-Sang, mais il s'est passé quelque chose.

C'est ce que j'expliquais dans la lettre précédente : la tombe de Gelb a été profanée. Son corps a disparu.

Je sais à quoi vous aller penser en lisant cela : le retour de la peste des non-morts, l'attaque des zombies... Son corps, même mort, aura été infecté, et elle marche à présent auprès du Fléau. Seulement, cette profanation a eu lieu il y a déjà deux semaines, avant que ces insectes malades n'apparaissent, avant que les zombies ne fassent leur apparition et que l'ombre des nécropoles ne vienne obscurcir le soleil.

J'ai décidé de mener l'enquête. J'ai également envoyé une lettre au roi Magni pour savoir ce qu'avait donné l'enquête sur l'assassinat de Gelb, mais cette lettre se sera perdue en même temps que l'autre hélas.

Voilà, en substance, ce que j'expliquais dans mon dernier courrier.

Depuis, j'ai fouillé Brume-Azur et Brume-Sang de fond en comble, interrogé tous les gens que j'avais rencontré par le passé. J'avais d'abord soupçonné les elfes de sang, mais le fait que ce soit cette tombe précisément, et aucune autre, me fait penser que l'assassin, quel qu'il soit, est lié à ce nouveau crime.

Des humains sont actuellement à Brume-Azur, des marins. Ils m'ont dit avoir vu un petit voilier accoster dans une crique, pas très loin du camp des gobelins qui ont tenté de prendre possession de leur navire, puis repartir quelques heures plus tard.

C'était la nuit, et le capitaine n'a pas voulu risquer la vie de ses hommes en allant voir de quoi il retournait. Il y avait un aventurier au camp ce soir là, et le capitaine lui a demandé d'aller voir. Malheureusement, le capitaine avait du s'absenter quand cette personne est venue faire son rapport, et elle est repartie. Je vais essayer de retrouver ce témoin, et vous tiendrai au courant.

Bien à vous,

Prunille Forgeciel du clan Wildhammer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: CSI : Ironforge   Aujourd'hui à 1:15

Revenir en haut Aller en bas
 
CSI : Ironforge
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» C'est ... étrange !
» Bienvenue à Forgefer et Hurlevent !!!!!!!!!
» [Général] Les Familiers
» Lexique VO / VF du monde d'Azeroth
» [Projet d'event] Assaut sur une capitale

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Aigles de Wildhammer :: Le clan :: Mémoires d'Aigles-
Sauter vers: