Les Aigles de Wildhammer

Forum de guilde RP de la Confrérie du Thorium
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Dragons

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Durandill
Griffon
Griffon


Nombre de messages : 630
Localisation : Au Nid, dans le coma
Date d'inscription : 12/01/2007

MessageSujet: Dragons   Dim 13 Juil 2008 - 14:04

La nouvelle de leur arrivée les avait précédés, et les doigts de Thrall tambourinaient d'impatience sur le bras de son trône. A quelques pas, Vol'Jin parlait avec Eitrigg, regardant fréquemment la porte. L'impatience et la tension était palpable dans toute la cité d'Orgrimmar, et principalement dans ces lieux.

Enfin, ils arrivèrent. Ils s'avancèrent vers le chef suprème de la Horde et mirent un genou à terre. Le premier à être entré, un orc à l'impressionnante armure, fut le seul à ne pas se relever après que Thrall ait parlé:

"Bienvenue à Orgrimmar. M'apportez-vous une bonne nouvelle?"

La question était purement formelle, car le baluchon ensanglanté que portait un autre orc était éloquent. Le démoniste tendit le paquet chef de guerre.

"La voici. La tête de Rend Main-Noire, comme vous l'aviez demandé."

Thrall exultait : "Vous avez toute ma reconnaissance, et vous serez récompensé pour ça."

Mais la mine maussade du guerrier l'interpella : "Et bien, qu'y a-t-il?"

"Chef, nous ne méritons ni honneur, ni récompense."

"Pourquoi? N'est-ce pas ce que je vous avait demandé?"

L'orc, toujours à genoux, se ratatina encore plus tandis qu'un grand tauren s'avançait. Il portait un casque fait avec la tête d'un loup, ce qui dissimulait ses traits, mais ne laissait aucun doute sur ses compétences druidiques. Sa voix était grave et calme.

"Ce que mon compagnon essaie de dire, c'est que nous n'avons fait que prendre cette tête. Son propriétaire avait déjà trépassé."


Le regard de Thrall se posa sur le druide, qui sut tout de suite qu'il avait toute l'attention du chef de guerre et qu'il pouvait poursuivre.

"Quand nous sommes arrivés au pic, nous n'avons trouvé que des cadavres. Dragons, orcs, ils avaient semble-t-il lutté de toutes leurs forces, mais ça n'avait pas suffit, ils étaient tombé sur plus fort qu'eux."

Thrall comprenait mieux la mine du guerrer. Triompher sans combattre devait être une grande honte pour lui. Le druide continua son récit.

"Nous nous avons progressés, tout en restant sur nos gardes, jusqu'à la salle des oeufs de dragons noirs. Ils avaient tous été détruits. Nous sommes finalement arrivés à une espèce d'arène, dans laquelle se trouvait le corps de Main-Noire. Nous avons pris sa tête et nous avons continué notre exploration. C'était un vrai massacre, plus nous avancions. Finalement, c'est le corps du général Drakkisath que nous avons trouvé. Il n'y avait aucun autre corps. Soit ceux qui ont fait ça n'ont subit aucune perte, soit ils ont emmené leurs morts avec eux."[/i]

"Pensez-vous que les sombrefers auraient pu faire ça?"

"C'est possible, mais j'en doute. Ils n'ont pas la puissance de feu nécessaire pour un tel massacre."

Thrall pris le baluchon et l'ouvrit. Eitrigg s'approcha, regarda la tête de l'orc et opina simplement du chef. C'était bien Rend. Puis, quelque chose attira l'attention de Thrall.

"Ce tissu, dans lequel vous avez emballé la tête, il vous appartient?"

A nouveau, le druide répondit: "Heu... Non, il était dans sa main, nous nous en sommes servis pour transporter la tête."

Thrall posa la tête sur le sol et étala le morceau de tissu rouge sur le sol. Bien sur, il était un peu taché de sang, mais l'étoffe était bien rouge à l'origine.

"Et bien, en effet, ce sont pas les Sombrefer qui ont fait cela."


L'assistance s'approcha un peu pour mieux voir le tissu, tandis que Thrall se relevait. Au centre de l'étoffe, il y avait un symbole cousu, représentant un marteau d'or.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Durandill
Griffon
Griffon


Nombre de messages : 630
Localisation : Au Nid, dans le coma
Date d'inscription : 12/01/2007

MessageSujet: Re: Dragons   Mar 15 Juil 2008 - 11:50

Grok Mornoeil était bien embêté. Tout avait pourtant bien commencé. Après de longs mois de garde, il avait eu droit à deux jours de congé. Il avait prévu de passer le premier à boire, et le second à cuver. En cela, son objectif avait été atteint. Il avait même passé, sans le savoir, une bonne partie du second jour, non pas à dormir, mais dans un profond coma éthylique. C'est à son réveil que tout s'était gâté.

Tout d'abord, il était couvert de sang. Une rapide vérification lui avait appris, malgré le nuage dans lequel son cerveau navigait encore, que ce n'était pas le sien. Ensuite il constata que ses camarades était étendus, un peu partout dans la pièce. Parfois, le même camarade était un peu partout dans la pièce.

Il se leva, tituba un peu, avala un peu d'eau de la gourde qu'il avait préparée pour son réveil. Son mal de tête allait disparaitre bientôt, mais ce n'était pas sa principale inquétude pour le moment. Il ramassa son bouclier et son épée et entreprit d'aller explorer les environs.
Grok n'était pas du genre téméraire. De longues années au service de Rend Main-Noire lui avait appris qu'il ne fallait pas trop faire de vagues, bien faire son travail sans se faire remarquer, et ne pas chercher l'avancement. Ca avait plutôt bien marché, puisqu'il avait survécu toutes ces années. Il se demandait si sa chance n'avait pas fini par tourner.

Son exploration des environs lui appris deux choses. Il y avait beaucoup de dragons et d'orc mort, mais pas de vivants, ce qui l'aida à dessaouler. Deuxièment, il entendit des voix, ce qui indiquait qu'il n'était pas seul. Il se faufila prudemment dans les couloirs, pour déterminer s'il s'agissait d'amis, ou des ennemis responsable du massacre.

Au plus haut sommet du pic Rochenoire, Victor Nefarian écoutait le rapport du lieutenant Karnosh.

"J'ai retrouvé le voleur dans les steppes ardentes, et je l'ai suivi jusqu'aux maleterres. Il était trop lourdement chargé pour un griffon, et a galopé tout le long, en évitant les villages de l'alliance. Alors, quand j'ai vu qu'il se dirigeait tout droit vers la Chappelle de l'Aube d'Argent, j'ai compris que c'était sa destination finale, et je l'ai intercepté. Ce long voyage l'avait épuisé, j'ai fait selon vos ordre. Je l'ai désarmé, blessé, et je me suis intéressé à son chargement, que j'ai commencé à déposer au sol. C'était bel et bien les oeufs de dragon qu'il nous avait volé, ils étaient comme congelé. Je me suis alors retourné vers lui en grognant, et il a tout de suite compris qu'il allait y passer. Il m'a gelé sur place avec son sort, ramassé un oeuf est s'est téléporté un peu plus loin. Je l'ai laissé filé, j'ai tout récupéré et je suis parti avant qu'il ne revienne avec des renforts de la Chapelle."

Victor hocha la tête. Ce Karnosh était plutôt malin pour un orc, et il savait respecter des ordres à la lettre.

"Bien. Ce mage nous aura rendu service finalement, nous avons perdu beaucoup d'oeufs lors d'une attaque dernièrement et..."

Il fut interrompu par un jeune garde orc qui ouvrit la porte violemment. Karnosh se dit que celui-ci n'allait pas faire de vieux de os.

"Monseigneur, monseigneur, nous avons trouvé un survivant."

"Quoique..." se dit Karnosh.

Le nouvel arrivant se jeta a genoux, se rappelant devant qui il se trouvait: "Excusez cette intrusion monseigneur, mais vous vouliez être prévenu imméd..."

"Suffit !" l'interrompit l'humain. "Je sais quels ordres j'ai donné."

Il releva la tête et regarda la porte.

Grok Mornoeil était bien embêté. Lui qui avait toujours préféré la discretion, le voilà qui se trouvait amené devant le maitre du pic, chef des dragons noirs, à qui même son chef de guerre obéissait sans discuter. Grok l'avait déjà vu de loin, mais c'était tout, et les rumeurs qui circulaient sur son compte n'étaient pas pour le rassurer. Il s'inclina devant Nefarian, et attendit.

"Relève toi, et raconte moi. Comment as-tu survécu ? Qu'as-tu vu?"

Grok déglutit. C'était précisemment la question qu'il aurait voulu éviter. Il se demanda s'il pouvait inventer une histoire crédible rapidement, puis décida qu'il vallait mieux dire la vérité.

"... et c'est alors que j'arrivai jusqu'à l'arène. Il y avait là un tauren, deux orcs, un troll et un mort qui marche. Ils étaient en grande discussion autours d'un corps que je reconnus être celui du chef Main-Noire. Ils l'ont décapité, et ils sont venu vers moi. J'ai cru qu'il m'avaient vu, mais ils exploraient les environs. Je les ai suivi et quand ils ont trouvé le cadavre du général Drakkisath, ils sont repartis."

Et maintenant, Victor attendait. Ses espions à Orgrimmar allaient bientôt lui envoyer un rapport complet. Seul Thrall aurait pu vouloir la tête de Rend. Les autres chefs de la horde étaient suspects aussi, mais Rend s'était auto-proclamé chef de guerre, et c'était le genre de chose que Thrall ne pouvait laisser passer. Il suffisait d'attendre. Bientôt, il connaitrait le nom de ces chiens, et leur ferait payer le massacre des dragons.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Durandill
Griffon
Griffon


Nombre de messages : 630
Localisation : Au Nid, dans le coma
Date d'inscription : 12/01/2007

MessageSujet: Re: Dragons   Jeu 17 Juil 2008 - 12:06

Le démoniste avait finalement craqué, et avait avoué. L'orc s'était même proposé de rejoindre les rangs de son armée. La loyauté d'un démoniste ne valait rien, mais Victor Nefarian avait décidé de l'épargner... Le temps de vérifier s'il avait dit la vérité.

Bien sûr, il se souvenait de ce groupe de nains qui avait attaqué le pic. Ils s'étaient retrouvés coincés dans l'arêne, et s'ils avaient tenu bon au début, ils avaient montré des signes de fatigue, et Nefarian avait demandé à Rend de les achever. Bon sang, Rend avait défait des groupes d'aventuriers plus conséquents, ce n'était pas ces quelques nains qui avaient pu le vaincre, et continuer jusqu'à la salle de Drakkisath ? Pourtant, tout indiquait que c'était le cas. L'absence de cadavre de nain, l'aveu du démoniste que ses espions avaient capturé près de Cabestan, ce bout de tissu rouge avec un marteau d'or. Oui, ce tissu, il était certain désormais qu'il s'agissait du tabard que portaient les nains.

Le chef suprème du pic Rochenoire s'installa dans un fauteuil confortable, dans sa bibliothèque privée. Sur un guéridon près de lui se trouvait plusieurs ouvrages traitant d'héraldique et concernant toutes les races d'Azeroth. Il finirait par le livre dédiés aux clans nain, afin de ne pas sauter à la mauvaise conclusion, comme cela avait été le cas en interrogeant l'orc survivant.

"Par les neuf cercles démoniaques et les déesses aux six bras, je t'ordonne d'apparaître devant moi, Garzlikh, misérable diablotin"

Un petit nuage de fumée apparut dans la cellule. Le diablotin regarda son maître et manqua d'éclater de rire devant sa mine défaite. Il avait été torturé, et enchainé dans sa cellule.

"Vite, libère moi, idiot !"

"Ô puissant maître, comment le pourrais-je, je n'ai pas la clé."

"Et bien, va la chercher !"

Le démon avisa la paille sur le sol, et commença à incanter.

"J'ai une meilleure idée, maître."

La boule de feu explosa dans la paille, qui s'enflamma immédiatement. Le démoniste invectiva son démon qui venait de changer de phase, tandis qu'une épaisse fumée se formait dans la cellule.

Grok Mornoeil se disait qu'il avait eu de la chance. Après avoir expliquait se qu'il avait vu, il avait été mis installé dans des appartements plutôt confortables, bien que vérouillés de l'extérieur. Ca ressemblait à une prison, en beaucoup mieux, et la nourriture était correcte. Ca n'avait pas duré, cependant, car il avait du venir identifier un orc, qu'il reconnut être un de ceux qui avaient tranché la tête de Rend. Ensuite de quoi, il s'était retrouvé promu gardien de prison, ce qui était un travail calme et sans risque.

Il fut tiré de ses pensées par des cris. C'était suprenant, car les prisonniers ne criaient que pendant les interrogatoires, et il n'y en avait pas en ce moment. C'est alors qu'il vit de la fumée se glisser sous la porte d'une cellule. Il jura, attrapa la clé et courut ouvrir la porte. La paille s'était complètement consumée, mais on ne voyait rien dans la cellule et respirer était très difficile. Grok se dirigea à tatons jusqu'au prisonnier qui appelait au secours. Il n'était pas fou, et il savait que détacher le démoniste serait une très mauvaise idée, aussi l'assoma-t-il d'abord. Puis il le sortit de la cellule.

Le démon ne s'attendait pas à ça. Cet orc devait être un génie pour avoir pensé à assommer son maître. Qu'allait-il faire, maintenant?

L'humain reposa l'ouvrage sur le guéridon. Il souriait. La page sur laquelle le livre était encore ouvert montrait un marteau d'or sur fond de gueules. En dessous était inscrit : Le clan Wildhammer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Durandill
Griffon
Griffon


Nombre de messages : 630
Localisation : Au Nid, dans le coma
Date d'inscription : 12/01/2007

MessageSujet: Re: Dragons   Mar 5 Aoû 2008 - 9:52

Le lieutenant Karnosh venait de faire son rapport au maître du vol noir, et repartait pour une nouvelle mission. Dans la pièce qu'il venait de quitter, Victor Nefarian s'affairait près d'un miroir magique qu'il utilisait pour contacter sa soeur, la puissante Onyxia. Il avait une requête à formuler. Victor déposa des bougies de chaque coté du miroir, qu'il alluma d'un léger souffle, puis il prononça les mots de pouvoir.

Karnosh s'arrêta pour discuter avec un vieil ami, mais il repensait à ce qu'il avait découvert. Grâce aux dragons noirs qui patrouillent dans la région du pic, il avait pu découvrir la direction prise par les coupables. Il avait rencontré les orcs dragonmaw des paluns, et ces derniers, qui surveillaient la route, mais aussi le ciel, avaient confirmé ses soupçons. Les nains étaient partis pour le port de Menethil. Il n'y avait aucun doute sur leur appartenance au clan Wildhammer. Les dragonmaw étaient des chevaucheurs de dragons, et en tant que tel faisaient tout de suite la différence entre un nain qui se laisse guider par son griffon et se concentre surtout à ne pas tomber, et un chevaucheur de griffon qui ne fait qu'un avec sa monture.

Karnosh avait rencontré un gobelin qui vendait des potions et des herbes près de là. En bon commerçant, il ne refusait aucun client, et Karnosh lui avait acheté tout son stock, avant de lui demander d'aller à Menethil se renseigner sur les nains. Le gobelin avait accepté, après tout le client est roi, et les renseignements ont une forte valeur ajoutée. C'est ainsi que le lieutenant orc avait appris le départ des nains pour Theramore. Sachant la présence des dragons noirs très forte dans le marais qui entoure le port humain de Kalimdor, Karnosh avait préféré rentrer faire son rapport.

Le miroir s'illumina d'une aura bleutée contrastant avec l'image qui s'y formait peu à peu. Une caverne rougeoyante au milieu de laquelle un dragon noir gigantesque se tenait. L'image était floue, mais peut à peu, au fur et à mesure de l'incantation de Victor, elle se faisait plus nette. La caverne était beaucoup plus éclairée que d'habitude. Victor n'y pris pas garde, il pensait à la chasse qu'il allait proposer à Onyxia : une chasse aux nains Wildhammer, dans son marais.

L'image se fit plus nette, ainsi que la raison de la clareté inhabituelle de la caverne : le souffle enflammé du dragon était dirigé vers une bande de nains qui luttaient contre le béhémoth noir. Victor Nefarian reconnu immédiatement le tabard au marteau d'or.

Onyxia cracha une quatrième fois sur le nain en face d'elle. Ce dernier se baissa derrière son bouclier, qui ressemblait à une bête carapace d'animal, mais qui était d'une résistance incroyable pour ne pas avoir fondu sous la chaleur. Le nain derrière transpirait, mais dès que le souffle se fut tarrit, il se redressa et attaqua de toutes ses forces. Le dragon prit son envol, bien décidée à éliminer ces microbes qui osaient envahir son repaire. Elle n'avait pas remarqué que dans un coin de la pièce, le vieux miroir s'était illuminé, et en place du reflet, montrait son frère sous sa forme humaine.

Quand elle se rendit compte que s'être envolée n'était pas une tactique efficace, Onyxia se posa et attaqua à nouveau. Ces nains étaient d'une résistance terrible, mais elle avait encore de la ressource. D'ailleurs, cet irritant petit nabot avec son bouclier ridicule avait baissé sa garde, on aurait qu'il sortait une autre épée. Elle en profita et cracha dans sa direction une vague de flamme encore plus puissante que les précédantes. Le nain disparut dans les flammes. Il avait du périr, car elle l'avait vu lacher son épée devant lui. Bien, c'était le moment de s'occuper des autres.

Sur le sol, l'épée chauffée se mit à briller. Elle était à une température critique, et les runes sur la lame se mirent à briller. Le nain la ramassa et sortit des flammes. Il était un peu roussi, mais grâce aux soins du Thane, toujours en état de se battre. Il rengaina son épée et entreprit de tenir la lame brulante dans sa main. Le dragon lui présentait son flanc. Il évita un balayage de la queue d'Onyxia et fonça. C'était le moment, il devait planter la lame droit dans le coeur de la bête noire.

Le poing de Victor Nefarian s'abattit violement sur le miroir et le brisa. Ce n'était pas possible... Onyxia. Sa voix retentit dans tout le pic. Même les nains sombrefer en entendirent des échos du fond de leur cité.

"Que le vol noir décolle ! Exterminez tous les griffons qui tenteront de voler au dessus du pic, puis partez pour les Hinterlands ! Puisqu'ils ont porté la guerre jusqu'à nous, je vais amener la désolation à leur porte ! Que leur nid soit engloutit dans nos flammes !"

Sur un autre continent, autour du cadavre d'un dragon, une bande de nains se congratulaient pour leur victoire. L'un d'eux en particulier, souriait en brandissant sa Quel'Serrar.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Durandill
Griffon
Griffon


Nombre de messages : 630
Localisation : Au Nid, dans le coma
Date d'inscription : 12/01/2007

MessageSujet: Re: Dragons   Mer 20 Aoû 2008 - 14:58

Le paladin hocha la tête, et fit demi-tour. Il quitta précipitamment la salle sous le regard de Kurdran et Thoas, qui s'approchèrent d'une carte d'Azeroth. Plusieurs pions d'un jeu d'échecs étaient posés sur la carte, autours du pic Aerie.

A l'extérieur, le bastion des Wildhammer était assiégé. La pluie d'infernaux ne semblait jamais s'arrêter, et les défenseurs les repoussaient comme ils l'avaient toujours fait, avec une détermination sans faille. Parfois, un étranger arrivait jusqu'aux portes du bastion, et on lui faisait bien comprendre que s'il voulait se reposer à l'auberge, il fallait d'abord qu'il aille relayer un des nains devant les remparts. Pour chaque dizaine d'infernaux vaincu, il aurait droit à une bière. Mais les étrangers se faisaient rares, et de nombreux Aigles étaient venu au bastion prêter main-forte à leurs frères.

Le paladin fonça directement à l'écurie. A mi-chemin, il siffla un air compliqué, mais court. Tous les griffons levèrent la tête, mais un seul s'ébroua, celui de l'Aigle Durandill. L'animal quitta l'écurie et s'avança vers vers le nain qui courrait vers lui. Durandill inspecta brièvement sa monture, et monta en selle en chuchotant "Nous partons pour Shattrath, vole comme tu n'as jamais volé! Le temps presse !"

Le griffon poussa un grand cri et se mit à courir vers l'escalier qui menait aux remparts. Une fois au sommet, il déploya ses ailes majestueuses et elles battirent l'air une fois, deux fois... Il avait pris son envol. D'une main, le chevaucheur tenait les rênes. L'autre était serrée sur son marteau-tonnerre, qu'il lança une fois contre un infernal qui crevait le ciel devant lui. La carapace de pierre explosa et le visage, bien que de pierre, marqua de la surprise quand il constata que le choc n'était pas celui consécutif à son atterrissage. Le démon batit des bras dans un geste de désespoir et alla s'écraser sur le sol. Le nain rattrapa son marteau au vol et jeta un dernier coup d'oeil à l'infernal. Il constata avec plaisir qu'il n'avait pas résisté au choc. Sur les remparts, les Wildhammer avaient vu la manoeuvre, et criaient des instructions aux chevaucheurs de griffons qui surveillaient le ciel du bastion.

"Leurs montures ne sont pas assez rapides." songea Durandill. "Ou alors, il leur faudra être aussi chanceux que moi, pour se retrouver nez à nez à avec un infernal pendant sa chute." Le vent qui fouettait son visage chassa ces pensées et il se concentra sur sa mission. Il n'avait pas de temps à perdre. Il passa la main sur le parchemin scellé qu'il avait glissé à sa ceinture pour vérifier qu'il était toujours là.

Durandill posa sa monture sur les hauteurs de la ville sanctuaire, là où les Clairvoyants vivaient. Il préférait leur confier son griffon plutôt qu'à la garde-ciel, qu'il ne connaissait que peu. Les clairvoyants connaissaient le nain, et soigneraient bien l'animal, de peur de déplaire au Wildhammer. Ironie du sort, à une époque pas si lointaine, c'était Durandill qui faisait des efforts pour être bien vu des clairvoyants.

L'univers sembla l'engouffrer tout entier, le gober tel un oeuf, le mâcher un peu pour connaitre le goût que pouvait avoir un nain, avant de le recracher, déçu. Durandill secoua la tête pour se remettre les idées en place. A chaque fois, l'effet était différent... Fichus portails, si la mission n'avait été aussi pressante, il aurais mis cap au nord depuis le bastion pour traverser la porte des ténèbres, mais arriver directement à Forgefer était un raccourci qu'il se devait de prendre. Il salua brièvement de la tête les prêtres et les paladins qui l'avaient vu arriver, et sortit au pas de course. Son griffon resté en Outreterre, il allait devoir en trouver un autre, mais il s'autorisa un détour par la banque. Il déposa tous ses sacs devant une Soleil Mantepierre abasourdie en lui disant qu'il savait exactement ce qu'il y avait dedans, et fonçant ensuite en direction des griffons.

Il n'avait gardé que son armure, son bouclier, son marteau-tonnerre et sa Quel'Serrar. Il allait devoir voyager vite et tout le reste l'aurait inutilement alourdi. Il se dit qu'il aurait pu déposer tout ça au bastion directement, mais sur le moment il n'y avait pas songé.

Dès qu'il fut en vue des griffons, il en repéra un. Il le savait rapide, et il vit tout de suite qu'il était bien reposé. Il siffla, comme il l'avait fait à Ombrelune, mais d'une manière un peu différente. Le maître des griffons discutait avec un client et ne remarqua pas qu'un de ses animaux prenait la poudre d'escampette. Le griffon décolla et passa au dessus du métal en fusion, volant en direction du nain. Quand il se croisèrent, Durandill prit appui sur la balustrade d'une main et passa par dessus, atterrissant sur le dos de l'animal. Il avait traversé la moitié des hautes-terres d'Arathi quand sa disparition fut remarquée à Forgefer.

"Enfin les hinterlands..." se dit-il...

Le griffon était nerveux, et son cavalier le sentait. Le ciel s'assombrit. Le nain leva la tête et étouffa un cri de surpris. Il faisait jour quelques instants plus tôt, dans les contreforts de Hautebrande, et là tout d'un coup, le ciel était noir.

"Une éclipse ?" se demande le nain. Il observa ce ciel noir tandis que ses yeux s'habituaient à l'obscurité soudaine. Il distingua peut à peu des mouvements. Ce n'est que quand il du faire piquer son griffon d'un coup pour éviter une vague de flammes qu'il comprit.

Le ciel était obscurci par une armée d'innombrables dragons noirs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Durandill
Griffon
Griffon


Nombre de messages : 630
Localisation : Au Nid, dans le coma
Date d'inscription : 12/01/2007

MessageSujet: Re: Dragons   Mer 1 Oct 2008 - 14:18

Le griffon pivota sur lui-même, mettant du même coup son cavalier tête en bas. Le second souffle de feu effleura les pattes de l'animal, tandis que le nain sous son dos s'accrochait de toutes ses forces. Il profita de sa position pour regarder le sol. Il distinguait des formes noires immobiles, étalées sur l'herbe verte des hinterlands. Beaucoup de dragons avaient déjà mordu la poussière.

Le nain senti le danger et dégaina son marteau-tempête au moment où sa monture pivotait à nouveau. Le cavalier se retrouva au dessus du griffon, et face au dragon noir à qui il devait ces acrobaties. Le choc fut brutal, et les deux créatures volantes piquèrent du nez en tournoyant. Du haut du ciel, les autres dragons rugirent, à la fois de colère en voyant leur congénère sur le point de s'écraser, mais aussi de satisfaction devant le griffon en perdition qui le suivit.

Le griffon tournoyait follement, et son cavalier commençait sérieusement à avoir le mal de l'air. Le sol se rapprochait très vite, mais les battements d'aile, tout aussi désordonnés qu'ils étaient, empêchaient le griffon de tomber comme une pierre. Ils arrivèrent au niveau de la cime des arbres.

Au même moment, au pic, les nains continuaient de tenir à distance les dragons noirs. Ils avaient vu arriver le griffon, mais n'avaient rien pu faire. Il était trop loin, et toutes leurs forces suffisaient à peine à résister à la puissance du vol noir. Les dragons avaient subi de lourdes pertes, ce qui les enjoignaient à se tenir à distance, pour le moment du moins. Quand Falstad vit chuter le griffon et son cavalier, il donna rapidement des ordres. Les dragons observèrent des mouvements plus à l'est et se concentrèrent par là.

Le griffon passa sous la cime des arbres et disparut sous le feuillage. Le cri de joie des dragons étouffa celui de victoire du paladin quand sa monture effectua un redressement spectaculaire à quelques mètres du sol, et continua sa route vers le pic sous le couvert des arbres, en rase-mottes. Le griffon sorti bien vite du petit bosquet, et se retrouva en vue, mais les dragons surveillaient maintenant les mouvements des nains à l'opposé. Cette diversion permit à Durandill d'atteindre sans encombre le pic.

A peine arrivé, il fut conduit devant le Haut-Thane. Sans perdre de temps, il sorti la lettre que lui avaient confié Thoas et Kurdran.

"Merci pour la diversion." lâcha-t-il, encore essouflé.

Le Haut-Thane hocha la tête, tout en ouvrant la lettre d'Outreterre. Plus il lisait, et plus sa mine s'assombrissait.

"Par la barbe de Khardros... Voilà de mauvaises nouvelles... Le bastion est assiégé, et nous ne pouvons attendre aucune aide d'Outreterre..."

Fastad poursuivit sa lecture. Puis il releva la tête vers Durandill. Il désigna la Quel'Serrar que portait le paladin.

"Tu as déjà tué des dragons, d'après ce que je vois à ta ceinture. La meilleur technique reste encore de frapper la tête, et de la trancher. Là, on est sûr du résultat. Sais-tu ce qu'il y a dans cette lettre ?"

Durandill secoua négativement la tête. "Non, Haut-Thane."

"Bien. Mais tu as déjà compris ce qu'il n'y avait pas : une annonce d'arrivée de renforts. Nous allons tenir le pic, comme nous l'avons toujours fait. Nous ne faisons qu'un avec nos montures, mais là nous affrontons des créatures pour qui voler est aussi naturel que respirer. Ce qui leur donne un avantage sur nos habituels ennemi, et les place presque à notre niveau."

Falstad éclata d'un rire sonore, que tous entendire au pic, et même les dragons, loin au dessus d'eux, en perçurent les échos.

"On est meilleurs, mais leur nombre joue contre nous. On va les tenir à distance queleques temps, l'ami, mais comme je l'ai dit, pour se débarasser d'un dragon, il faut viser la tête. Et cette tête n'est pas ici, non. Cette tête est au sommet du pic Rochenoire, dans leur repaire. C'est là bas qu'il faut frapper, et c'est là bas que tu vas aller éprouver le tranchant de ta lame. Ramène-moi la tête de leur seigneur, et tu les verras détaler comme des orcs à qui on dit de prendre un bain."

Le paladin s'inclina. "Je ferai selon vos ordres, Haut-Thane."

Le Haut-Thane suivit des yeux la silouhette solitaire du nain qui s'éloignait, à pied pour ne pas être repéré. Une fois loin des yeux des dragons, il invoquerait par magie son destrier de paladin et irait prévenir les Aigles : leur foyer était en danger.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Durandill
Griffon
Griffon


Nombre de messages : 630
Localisation : Au Nid, dans le coma
Date d'inscription : 12/01/2007

MessageSujet: Re: Dragons   Sam 16 Mai 2009 - 20:59

L'hiver s'est abattu sur Hinterlands, de même que la nuit. Ce soir est le dernier soir de la semaine des enfants, et un vieux nain, assis dans un fauteuil près du feu, une épaisse couverture pour réchauffer ses vieux os, attend que la marmaille s'installe autours de lui, et se taise. Cela ne tarde pas, les enfants ont tous hâte d'entendre le conte que l'ancêtre va leur raconter. Toute la semaine, il leur a raconté un morceau de l'histoire, et ce soir, ils savent que le dénouement est proche. D'une voix grave, éraillée par les ans et les cris de guerre, le nain prend la parole.

Dix Aigles de Wildhammer s'étaient retrouvés à Forgefer. Certains, comme Drönk, le chevalier amnésique, étaient revenus du lointain Norfendre. D'autres, comme Durandill, avaient du forcer le blocus imposé par le vol noir autours du Nid-de-l'Aigle. Puisque les dragons ne pouvaient prendre le foyer des Wildhammer, ils avaient décidé d'en faire le siège.

La mission des dix nains était de briser ce siège. Le Haut-Thane Falstad l'avait dit lui-même : il fallait frapper la tête. Évidemment, une telle expédition demandait du temps, et de la préparation, mais du temps, le Nid-de-l'Aigle n'en avait pas. Il fallait agir, et vite. Quant à la préparation, elle s'était résumée en une dizaine de capes, cousues par Muhra Sacregriffe et renforcées par le chasseur Thordrim avec les écailles récupérées sur le corps d'Onyxia. C'était la mort du dragon noir qui avait provoqué la colère de Néfarian, et le malheur des Wildhammer, et ironiquement cette mort allait leur donner leur plus grand avantage, les dragons étant par nature immunisés à leur propre souffle, ainsi qu'à ceux de leurs parents proches. C'est du moins ce qu'avait lu jadis Durandill dans le guide du tueur de dragons de Dagharn.

Grimdor et Durandill s'étaient de plus rendu au mont Rochenoire quelques heures auparavant, afin d'observer leur ennemi. Fort heureusement, celui-ci ignorait que les nains avaient prévu de leur rendre visite. Ils avaient pu observer le manège d'un orc, dans une salle remplie d'oeufs, et une fois repartis, Durandill s'était rendu à Shattrath, la cité de la Lumière, où un troll lui avait vendu un parchemin de détection puissante de tous les sortilèges.

Et ainsi, les dix nains se retrouvèrent à Forgefer, avant de s'envoler pour la halte du thorium, où des montures reposées les attendaient. De la, ils chevauchèrent jusqu'au mont Rochenoire. Hélas, l'orbe qu'avaient utilisé Durandill et Grimdor était inopérante, et ils durent se frayer un chemin à travers la partie supérieure du pic, jusqu'à une arène où ils durent combattre les hordes que Néfarian, installé tranquillement sur son balcon, envoyait sur eux. Le seigneur du pic ne fut pas satisfait, et il repartit après la victoire des nains, terrorisé par leur puissance.

Les nains savaient que le général qui commandait les dragons au pic n'était pas très loin. Afin de porter un coup fatal au moral de ceux qui voudraient les prendre à revers, ils firent un détour, afin de le vaincre. Puis, il revinrent au balcon ou Néfarian avait observé leur combat, et cherchèrent par où il avait disparu.

Derrière une teinture, ils trouvèrent un couloir, qui les mena à une sale gigantesque, remplie d'une multitude d'oeufs. Ces oeufs ne ressemblaient pas aux oeufs de dragonnets, ils étaient plus pâles, avec des reflets irisés sur toute leur surface, et grands comme deux nains. En s'approchant discrètement d'un oeuf, le voleur Fax éprouva sa solidité. Sa dague ne pouvait l'entailler. Les Aigles se doutaient qu'ils n'avait pas la puissance de feu pour détruire ces oeufs, mais aussi que les créatures qui en sortiraient seraient une menace pour le nid. Durandill décida alors d'utiliser le parchemin du troll. Grâce à lui, il comprit ce qui se passait dans cette salle : un orc utilisait une orbe de contrôle pour soumettre un puissant et revêche dragon noir, à l'autre bout de la pièce. Les aigles décidèrent de prendre l'orbe et d'utiliser le dragon pour détruire les oeufs.

L'orc et ses sbires n'opposa qu'une faible résistance. Les Aigles les terrassèrent, et Durandill utilisa l'orbe. Le dragon se mit alors à obéir au paladin, et à attaquer les oeufs. Mais si ses mouvements étaient contrôlés, il n'en était pas de même de sa voix, et il cria son dégout d'être ainsi obligé de détruire les oeufs dont il avait la garde. Cela attira de nombreux gardes, qui attaquèrent les Aigles. Le combat dura de longues minutes, les neufs Aigles protégeant Durandill, complètement concentré sur l'orbe pour ne pas libérer le dragon trop tôt. Les orcs et les dragons arrivaient par vagues successives, de plus en plus hargneux, mais les Aigles tenaient bon. Ils avaient combattu lors de maintes batailles, et leur esprit combatif était énorme.

Enfin, le dernier oeuf fut détruit. Cela mis le dragon dans une colère plus noire que ses écailles, et cette colère, ainsi que la fatigue de celui qui avait du le contrôler, lui permit de se libérer un court instant, à peine quelques secondes. Ce fut suffisant, il pris une lance sur le corps d'un de ses congénères, qu'il avait lui-même tué sans le vouloir, et la jeta de toutes ses forces. Les Aigles ne virent pas venir ce coup là, car tous les ennemis, du moins le croyaient-ils, se trouvaient devant eux. La lance frappa l'orbe, qui tomba de son piédestal et roula au loin. Elle n'était pas brisée, mais hors de portée, et le dragon en profita pour charger les Aigles.

Le combat fut terrible. A lui seul, ce dragon valait une centaine des guerriers que les Aigles avaient combattu quelques instants plus tôt. D'ailleurs, ceux qui avait survécu s'enfuirent immédiatement pour ne pas se trouver sur le chemin du ver noir. Les nains l'encerclèrent. Ce fut l'inverse de quelques instants plus tôt, où les nains avaient été presque submergés. Mais cette fois, ce fut les nombreux qui prirent l'avantage. Aveuglé par la colère, le dragon ne fit pas attention à tous les nains, se concentrant sur celui qui l'avait contrôlé. Ainsi, il ne vit pas dame Yngwie, qui restait un peu en retrait, et soignait ses amis de toute la puissance de la Lumière. Et c'est ainsi que fut vaincu Tranchetripe l'indompté.



Hélas, les nains eurent à peine le temps de panser leurs plaies que les hordes d'orcs revinrent à l'assaut. Les nains avancèrent, car ils n'étaient pas venus si loin pour reculer maintenant, tenant à distance leurs ennemis, et entrèrent dans la salle suivante. Là se tenait le grand dragon rouge, Vaelastrasz, affrontant Néfarian. Hélas, le rouge ne put rien contre les maléfices de Néfarian, et ce fut son tour d'être controlé par magie. Il attaqua les Aigles, qui n'eurent d'autre choix que de le combattre. Après que Falstad ait libéré Alexstrasza à Grim Batol, les Wildhammer et les dragons rouges partageaient un lien fort. Ce combat fut un déchirement pour les deux parties. Les nains décidèrent une retraite stratégique, car les hordes d'ennemis continuaient d'arriver, et ils espéraient qu'un peu de calme permettrait à Vaelastrasz de reprendre ses esprits. Ils sortirent donc, faisant semblant de fuir en emportant leurs blessés, alors qu'aucun n'avait rien.

Ils se dissimulèrent près du balcon duquel Néfarian les avait regardé combattre, et après un bref repos, repartirent à l'assaut. Leur plan n'avait hélas fonctionné qu'à moitié. Si les orcs s'étaient en effet retirés, le dragon rouge, lui, était toujours soumis à la volonté du seigneur du pic. Sans espoir de le libérer, il fallut reprendre le combat, jusqu'à sa sinistre conclusion.



Le coeur gros, mais un désir de vengeance encore plus grand, les Aigles reprirent la route. La salle suivante était remplie de dragonnets : verts, rouges, bleus... Les expériences que menaient Néfarian au pic concernant tous les vols, et pour éviter que les dragonnets ne s'entretuent, des ingénieurs avaient installé des appareils qui les affaiblissaient. Hélas, l'aura de ces appareils touchaient aussi les nains, aussi Fax fut-il envoyé pour désarmer ces machines. Le voleur se faufila, sans être vu, dansant d'une ombre à l'autre, profitant de chaque moment d'inattention des gardiens et des dragonnets. Ces derniers, apathiques, ne remarquèrent pas tout de suite que leurs entraves avaient été desserrées. Tandis que Fax avait une longueur d'avance, ses compagnons le suivaient, combattant quand c'était nécessaire, car ils n'avaient pas la discrétion du maitre voleur.

Fax finit par s'arrêter. Devant eux se trouvait le seigneur de ces couvées multicolores : Lanistaire. Le combat fut rapidement engagé. De sa longue lance, il balayait l'air autours de lui, envoyant parfois voler les Aigles à plusieurs mètres en arrière. Mais, galvanisé par la mort de Vaelastrasz, les nains ne firent qu'une bouchée de ce soit-disant seigneur.



La suite se révéla plus périlleuse. Tout d'abord, Balgun, grièvement blessé, dut se retirer des combats. Il avait résisté de toutes ses forces, mais il était à bout, et aucun Aigles ne souhaitait qu'il se mette en danger plus que nécessaire Ensuite, d'étranges appareils qui faisaient tourner des jarres des fioles distrairent les vaillants combattants des Hinterlands. Surgissant subitement du détour d'un couloir, battant de ses ailes pour voler plus vite vers ses cibles, le terrible Gueule-de-Feu cracha de toute la puissance de ses flammes. Les nains comprirent tout de suite que ces flammes étaient différentes de celles qu'ils avaient affrontées. Ils s'enveloppèrent dans leurs précieuses capes, et ils furent protégés. Chacun, en son fort intérieur, adressa une prière de remerciement à la naine qui les avait cousues, et qui était avec eux en pensée. Et chacun, à voix haute et à grand coup de tapes dans le dos, félicita Thordrim pour les avoir recouvertes avec les écailles protectrices.

Chacun resserra sa cape sur ses épaules, et ensemble, ils poursuivirent leur périple. Deux autres dragons, ressemblant étrangement à Gueule-de-Feu, se dressèrent encore sur leur chemin. S'ils avaient eu une tombe, on aurait inscrit sur la pierre les noms de Rochébène et Flamegor. Ils connurent une fin rapide, mais leur vaillance au combat fit plier le puissant Galdwin. Il décida de rester en arrière, pour se reposer, et de rejoindre les Aigles plus tard.

Les Aigles atteignirent ensuite un lieu qu'ils nommèrent la cage de Chromaggus, du nom de la terrible bête qu'ils y affrontèrent. Etait-ce parce que Néfarian lui-même n'arrivait à le soumettre à sa volonté? Toujours est-il que Chromaggus était enfermé, et que les Aigles choisirent de le libérer et de le vaincre. L'apparence de Chromaggus était celle d'un chien du magma, mais les expériences de Néfarian l'avaient transformé, au point qu'il avait acquis des particularités de chaque vol draconique. Ses attaques pouvaient être celles d'un dragon vert: naturelles et empoisonnées. Ou celles d'un dragon rouge, au souffle de flamme puissant. Ou encore, il pouvait agir surl'écoulement même du temps, comme l'aurait fait un dragon de bronze. De plus, il irradiait de différentes auras, qui affectaient ceux qui les subissaient de terrible manière, provoquant maladie, empoisonnement... Les combats précédents semblèrent si facile, quand Chromaggus utilisa ses nombreux pouvoirs. Les paladins, Yngwie et Durandill, durent tenter de libérer leurs compagnons de toutes ces afflictions. De plus, la bête devait folle de rage à chaque coup, et Barul, Grimdor et Thordrim usèrent toutes leurs flèches tranquilisantes pour calmer la fureur de Chromaggus.

Finalement, alors que plusieurs Aigles étaient à terre, la bête chancela. C'est à ce moment là que Thordrim sentit les effets des cinq afflictions en lui. La maladie, le poison, la malédiction, la magie et le cours du temps altéré eurent un effet conjoint qui le fit muter. Son corps se recouvrit d'écailles, il grandit et poussa un hurlement qui n'avait jamais franchi la gorge d'aucun nain. Il se jeta sur Zurek au moment ou celui-ci plongeait son arme dans la gueule béante de Chromaggus, le terrassant une bonne fois pour toutes. La mort de la bête sembla stopper la mutation, à moins que ce ne fut qu'une illusion. Qui peut le dire? Thordrim reprit ses esprits, et avec Zurek, prodigua les premiers soins aux Aigles à terre.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Durandill
Griffon
Griffon


Nombre de messages : 630
Localisation : Au Nid, dans le coma
Date d'inscription : 12/01/2007

MessageSujet: Re: Dragons   Sam 16 Mai 2009 - 20:59

Les nains sentirent un courant d'air frais, qui leur redonna courage. Ils se dirigèrent dans cette direction et se retrouvèrent sur une terrasse, tout près du sommet du pic, et depuis laquelle ils avaient une vue imprenable sur les steppes ardentes et la gorge des vents brûlants. De cette endroit, Néfarian dirigeait le vol noir. Il les attendait, confiant, sur un trône de pierre. Sûr de lui, de sa puissance... N'était-il pas l'enfant d'un Aspect ?

Durandill brandit son épée, la Quel'Serrar forgée au souffle d'Onyxia, dont le sang avait servi à refroidir la lame. Il s'avança vers Néfarian, qui restait immobile, mais qui prit tout de même la parole.



Il nargua la "puissante légion de Durandill". Dix Wildhammer valaient bien une légion, et la preuve en était qu'ils se présentaient devant lui. Les Aigles exigèrent le retrait du vol noir de leurs cieux. La réponse ne se fit pas attendre.



Néfarian était trop imbu de sa personne, trop désireux de vengeance.









Ainsi commença la dernière bataille du mont Rochenoire.

Néfarian garda d'abord sa forme humaine, se téléportant aléatoirement pour éviter les coups, tandis qu'une horde de dragons attaquaient les Aigles. Mais ceci ne troubla en rien les Wildhammer, qui avaient affrontés déjà bien des dangers pour arriver jusque là. Quand le dernier de ses serviteurs succomba, Néfarian adopta sa forme première, battit des ailes pour prendre de l'altitude, et engloutit les Aigles restant dans les flammes, avant de se poser lourdement sur la terrasse. Sans doute espérait-il avoir un ou deux survivants, pour s'amuser un peu avec eux, mais il eut une mauvaise surprise. Protégés par leurs capes, les Aigles étaient tous indemnes.









Le combat fit rage longtemps, et les cris de colère du seigneur du pic s'entendirent de la veille de Morgan, dans les steppes, jusqu'à la halte du thorium, dans la gorge des vents brulants. Le dragon utilisa ses pouvoirs pour briser les cordes des arcs des chasseurs et enrayer leurs fusils. Il téléporta Fax a maintes reprises devant lui pour le balayer, obligea Yngwie et Durandill a lancer des sorts de protection sur lui, et força Zurek a adopter une posture de combat beaucoup moins défensive. Il releva même les cadavres de ses dragons pour venir combattre contre les Aigles.

En vain.

Ses pouvoirs, si puissants, ne pouvaient abattre l'inflexible volonté des Wildhammer de sauver leur patrie.



Incrédules, les vaillants Aigles de Wildhammer regardèrent le corps du dragon noir pendant de longues minutes. Aucun souffle, ni de feu, ni de vie, n'agitait les nasaux du grand ver. Néfarian n'était plus, et avec lui disparaissait la menace que le vol noir faisait peser sur le Nid-de-l'Aigle.

Puisque le trône était vacant, les nains trouvèrent quoi mettre dessus.



Après avoir bu une choppe pour fêter cette victoire, il fut décidé que Drönk irait porter la bonne nouvelle. Les doutes que le paladin Durandill avait encore à l'égard du chevalier de la lame d'ébène étaient désormais dissipés. Drönk fit apparaitre un portail qui le transporta jusqu'à l'Achérus. De là, il put se rendre rapidement au nid, évitant les dragons en restant au sol. En apprenant la nouvelle, le Haut-Thane ne perdit pas une minute. Une diversion fut organisée, attirant l'attention des dragons, tandis que des griffons rapides s'envolaient pour pic Rochenoire.

Quand ils se posèrent sur la terrasse, quelques heures plus tard, la tête de Néfarian était prête à être transportée. Les nains s'envolèrent immédiatement avec leur sinistre colis, transporté dans un filet, et portés par les différents griffons.

Quand ils pénétrèrent dans le ciel des Hinterlands, au petit matin, ce fut la débandade. Les dragons noirs, terrorisés, s'enfuirent dans toutes les directions. Plusieurs s'assommèrent entre eux, en entrant en collision. En moins d'une heure, il n'y avait plus un seul dragon noir à des lieux à la ronde.

Le ciel reprit sa couleur bleue, et les griffons purent voler à nouveau.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thordrim
Griffon
Griffon


Nombre de messages : 293
Age : 51
Localisation : Shattrath - Degré des Clairvoyants
Date d'inscription : 19/04/2007

MessageSujet: Re: Dragons   Sam 16 Mai 2009 - 21:59

/hrp

Je ne dirais qu'une chose ... bravo Durandill pour cette mise en scène de l'assault du repère de l'Aile Noire.

Vive les Aigles de Wildhammer !!!

_________________
Thordrim Main-de-pierre

Y a des bons chasseurs ... y en a ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
zurek
Aigle
Aigle


Nombre de messages : 59
Date d'inscription : 28/12/2007

MessageSujet: Re: Dragons   Dim 17 Mai 2009 - 19:10

Felicitation a toi Durandill, toujours aussi magique nos aventures..........et encore felicitation a tous pour cet exploit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Grold
Griffon
Griffon


Nombre de messages : 287
Age : 37
Localisation : Nid de l'aigle.
Date d'inscription : 02/05/2007

MessageSujet: Re: Dragons   Lun 18 Mai 2009 - 14:50

tout simplement super durandill .... merci pour ces "compte rendu " de mission XD

PS si un jour tu veux en faire un bouquin relié pour le delire tu m envois les fichiers et ton adresse pour que t envoi le tout ( je bosse dan une imprimerie je peux te faire ca sans soucis )
a++

_________________
Sauvez la forêt, Mangez du castor!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
griblim
Aiglon
Aiglon


Nombre de messages : 91
Localisation : Au pic Aeries en train de boire et de fumer
Date d'inscription : 21/08/2009

MessageSujet: Dragon   Ven 11 Sep 2009 - 18:40

Sa c'est du combat épique !
Pour les Wildhammer !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Dragons   Aujourd'hui à 14:53

Revenir en haut Aller en bas
 
Dragons
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les dragons du Vol Noir
» MTG : Duel Decks: Knights vs. Dragons
» [Lego] Dragons Universes : Copie des HF signée MegaBloks ?
» Guilde Donjons & Dragons
» Duel Deck : Knights Vs Dragons

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Aigles de Wildhammer :: Le clan :: Mémoires d'Aigles-
Sauter vers: